Réunion de préparation du projet » SALAM »

Réunion de préparation du projet » SALAM »

Réunion de préparation du projet » SALAM »: PREVENIR L’EXTREMISME VIOLENT EN TUNISIE : une approche basée sur les Droits de Humains et la consolidation de la paix .

Projet d’un consortium d’organisations tunisiennes et internationales : NOVACT, FSA, LTDH, UGTT, ATFD, GVC et ARES + UDC, Organisations fondatrices de l’Observatoire pour la Prévention de l’extrémisme violent « OPEV »-Tunisie, au cours de la conférence de Barcelone en Janvier 2017.

Un accord de coopération et de partenariat avec l’Organisation égyptienne Maat pour la paix, le développement et les droits de l’homme

Dans le cadre de son ouverture à la société civile internationale pour renforcer la coopération et les efforts concertés pour développer les capacités et partager les expériences, créer une coalition internationale pour la paix et le développement pour combattre le terrorisme et respecter les droits de l’homme.l’Association Free Sight a signé le 19 Octobre 2017 un accord de coopération et de partenariat avec l’Organisation égyptienne pour la paix, le développement et les droits de l’homme au siège de l’Association à Tunis.

Un accord de coopération et de partenariat avec l’Association libyenne pour la jeunesse et le développement

Dans le cadre de son ouverture à la société civile maghrébine pour renforcer ses capacités et partager ses expériences, l’ Association Free Sight a signé le 06 février 2018 un accord de coopération et de partenariat avec l’Association libyenne pour la jeunesse et le développement au siège de l’Association  à Tunis.

Une conférence de presse sur le statut des libertés individuelles pour l’année 2017 et la poursuite des violations.

La Coalition civile pour  libertés individuelles, dont  Free Sight Association est l’une des organisations constituantes depuis sa publication en 2016, a organisé une conférence de presse au siège de l’Union tunisienne des journalistes sur le statut des libertés individuelles pour l’année 2017 et sur les violations qui continuent et s’intensifient… 
le mercredi 7 février 2018.
Au cours de ce séminaire, la Coalition a présenté son rapport annuel sur les violations les plus importantes commises l’année dernière.

Campagne de mobilisation à Kairouan

Une campagne de sensibilisation intitulé  « Non aux camions de la mort » en partenariat avec le bureau régional de l’association « Mosewet=Egalité » à Kairouan pour organiser le transport agricole dans la région de Kairouan qui est une région pauvre et  marginalisée , notamment suite aux événements qui ont coûté la vie à de nombreuses travailleuses.

Le 21 Janvier 2017

Genderist Siliana

L’association Free Sight , en partenariat avec l’Association pour le Développement et la Communication et l’association des diplomés chômeurs  à Siliana, a organisé une session de formation dans la municipalité de Siliana dans le cadre du Programme Genderist – Programme d’autonomisation des femmes pour les politiques et mécanismes locaux de plaidoyer .

Le 22-23 décembre 2017

Forum interrégional des politiques de la jeunesse au Centre de conférence des Nations Unies à Bangkok

L’association  Free Sight a fiérement été invitée par United Nations  pour présenter son travail à la Free Sight Association et notre vision et approche sur le thème de l’autonomisation et des politiques des jeunes au Forum interrégional des politiques de la jeunesse au Centre de conférence des Nations Unies à Bangkok, Thaïlande les 21-22 et 23 novembre 2017.
Pendant trois jours, les décideurs politiques et les militants de la société civile d’Asie-Pacifique, d’Afrique et d’Asie de l’Ouest ont discuté de l’autonomisation des jeunes et des politiques de développement.

Formation des formateurs en «Théorie du Changement»

Free Sight Association – 02-03 décembre 2017: Une session de formation en «Théorie du Changement» pour les jeunes du Nord, du Centre et du Sud dans le cadre du programme «Leaders Tunisiens pour la sécurité humaine» pour renforcer la résilience des jeunes et des adolescents contre l’intolérance et l’extrémisme violent.

Honoré Par le Ministre de la Culture

A l’occasion du 47ème Festival International de Maktharis, un groupe de Leadres Tunisiens  pour la Sécurité Humaine de Siliana a été honoré par le Ministre de la Culture, M. Mohamed Zine El Abidine, le 15 août 2017.

Campagne de mobilisation à Kairouan

En partenariat avec la Ligue Tunisienne de Défense des Droits de l’Homme et l’Union des Diplomés Chômeurs et les associations locales de Kairouan pour organiser le transport agricole dans la région de Kairouan qui est une région pauvre et  marginalisée , notamment suite aux événements qui ont coûté la vie à de nombreuses travailleuses.

3Septembre 2017.

Initiative Femme Paix et Sécurité Sfax

Projection d’un film et débat sur le théme « Femme Paix et Sécurité  » organisé par l’Association Free Sight au palais minicipal Sfax le 21 ocotbre 2017.

INVITATION WPS événement parallèle

Fièrement, Free_Sight_Association participe à l’événement parallèle  UNSCR1325 aujourd’hui  26 octobre 2017 sur les femmes, la paix et la sécurité #NYC #WPS #WPP « Tirer le tapis sous nos pieds: Quelle est la résolution 1325 sans les libertés de la société civile? »


Échange d’expériences entre l’Association Free Sight et l’organisation néerlandaise « Street Corner »

Échange d’expériences entre la Free Sight Association et l’organisation néerlandaise « Street Corner » dans le domaine de la protection des jeunes contre l’intolérance et l’extrémisme violent, tenue à Tunis du 27 au 29 octobre 2017 dans le cadre du projet Tunisien Hollandais  » Leaders Tunisiens pour la Sécurité Humaine ».


Atelier régional à l’intention des décideurs et des organisations de jeunesse en vue de renforcer la capacité des gouvernements de la CESAO Région pour répondre aux besoins des jeunes dans la formulation de politiques de développement inclusives et durables.

L’association Free Sight a participée à un atelier intitulé « Atelier régional à l’intention des décideurs et des organisations de jeunesse en vue de renforcer la capacité des gouvernements de la Région ESCWA pour répondre aux besoins des jeunes dans la formulation de politiques de développement inclusives et durables ».



Beyrouth, 30-31octobre 2017



26 octobre 2017: Réunion avec de l’ONU FEMMES au bureau de l’ONU FEMMES – New York

26 octobre 2017: Réunion avec de l’ONU FEMMES au bureau de l’ONU FEMMES – New York

 

Réunion d’experts: « Femmes constructrices de paix discutant de la réduction de l’espace de la société civile ».


ANNIVERSAIRE DE LA RÉSOLUTION 1325: LES FEMMES CONSTRUCTRICES DE LA PAIX

ANNIVERSAIRE DE LA RÉSOLUTION 1325: LES FEMMES CONSTRUCTRICES DE LA PAIX

 

Le débat public annuel du Conseil de sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité (WPS) s’est tenu sous la présidence française. Le débat a été organisé en marge du 17ème anniversaire de l’adoption de la Résolution 1325 sur les femmes, la paix et la sécurité, qui souligne l’importance de la participation des femmes de manière égale à la construction de la paix, la négociation pour la résolution et la prévention des conflits.

 

Rapport du Conseil de sécurité:Rapport du Conseil de sécurité:

 

Lettre ouverte :Lettre ouverte



26 octobre 2017: Free Sight Association, paneliste de l’événement intitulé: «Tirer le tapis sous nos pieds: qu’est ce que la UNSCR 1325 sans les libertés de la société civile qui permettent une participation significative?» Organisé par WPP, WILPF, Free Sight Association, Duke IHRC, WEO, AWO, Centre de développement de la société civile Al-Hayat, NOVACT, ONG WG WPS.

Le jeudi 26 octobre 2017, un événement parallèle intitulé << Tirer le tapis sous nos pieds: qu’est-ce que la UNSCR 1325 sans les libertés de la société civile?>> a été accueilli en marge du 17ème anniversaire de la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies. L’événement a été organisé par le Women Peacemakers Program (WPP) et la Dutch Mission, en collaboration avec la Clinique internationale des droits de l’homme de Duke Law,Free Sight Association, Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté, Al-Hayat Centre pour le développement de la société civile, Organisation arabe des femmes de Jordanie, NOVACT, Association irakienne Al-Amal.

À un moment où le soutien normatif pour les femmes, Paix et Sécurité (WPS) agenda est plus important que jamais, l’événement visait à attirer l’attention sur la façon dont les cadres sécuritaires du contre-terrorisme et du militarisme érodent la société civile féminine et contribuent au « rétrésissement de l’espace de la societé civile ». Les panélistes et le public ont été invités à s’engager dans une réflexion critique sur la question de savoir si les stratégies actuelles de la société civile en matière de WPS suffisent à répondre à ces nouvelles réalités.

Une table ronde réunissant des représentants d’organisations dirigées par des femmes de Tunisie, de Jordanie et du Kurdistan irakien. Cette table ronde a permis de mieux comprendre les luttes de nombreuses organisations de la société civile pour maintenir leurs opérations à flot. Il est difficile de recevoir des fonds en temps opportun – ou pas du tout – pour des projets approuvés par des donateurs, les demandes de contributions et les rapports des donateurs, qui rendent difficile l’accès direct au financement pour de nombreuses organisations dirigées par des femmes. (Les ONG) entrent de plus en plus en compétition et sollicitent des financements ou sous-traitent des groupes locaux, ce qui compromet la construction d’un puissant mouvement de femmes local pour la paix et la justice; les réglementations bancaires discriminatoires; telles que l’impossibilité d’ouvrir un compte bancaire d’entreprise, les exigences de transparence, qui mettent souvent leurs travailleurs ou leurs bénéficiaires en danger; ainsi que la réglementation de plus en plus restrictive des ONG imposée par le gouvernement, comme l’obligation de prévoir un budget pour les compagnons masculins pour accompagner les femmes dans leurs déplacements professionnels; et le préjugé général envers l’autonomisation des femmes, qui est considéré comme un drapeau rouge par les gouvernements locaux et nationaux.



Location : Dutch Permanent Mission to the UN (TBC), Church Center- New York

Credit© Aleksendra Kojic

L’ouverture du Forum National des jeunes sur le rôle de la jeunesse dans la construction de la paix locale et globale

L’ouverture du Forum National des jeunes sur le rôle de la jeunesse dans la construction de la paix locale et globale.
L’initiative du projet sert à créer un espace de communication entre les différentes parties concernées par la jeunesse du secteur législatif, exécutif, judiciaire, privé et des organisations non gouvernementales de la société civile pour impliquer les jeunes dans la valorisation des acquis de la jeunesse et formuler des recommandations de solutions alternatives aux difficultés et aux insuffisances liées aux besoins de la jeunesse dans les différents secteurs et régions en Tunisie.
L’Association Free Sight a mis en œuvre les activités du Forum avec le soutien de la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l’Asie occidentale et du Ministère de la jeunesse et des sports en coordination avec les organisations de jeunesse nationales et locales.
L’Association a tenu des réunions avec toutes les parties prenantes du pouvoir législatif, exécutif, de l’autorité judiciaire, du secteur privé et du secteur des médias pour coordonner avec eux
L’atelier a réuni 164 participants et représentants ; représentant du Ministère de la Jeunesse et des Sports, M. Khaled Al-Hamrouni , le président de l’Union générale des étudiants tunisiens, M. Nidal El-Khadrawi, le jeune député de l’Assemblée du peuple (Parlement tunisien), M. Imad Ould Jibril, représentant de la délégation de l’Union européenne en Tunisie, de l’ambassade de l’Union européenne en Tunisie, des journalistes de divers médias nationaux et privés, des médias étrangers, des jeunes actifs dans diverses organisations de jeunesse nationales et locales, les jeunes employés , les jeunes sans emploi étudiants et élèves.
Les activités du projet consiste a organisées le «Forum national de la jeunesse et son rôle dans la construction d’une paix locale et globale», réalisé le samedi et dimanche 07 et 08 octobre 2017.
Les participants se sont réunis à la session d’ouverture de la session depuis 9h00. Après l’inscription, les interventions ont commencé
Après la pause café, l’association Free Sight a emmené les participants au centre des jeunes « le 15 octobre » à Bizerte por commencer les activités des 4 ateliers : « Jeunesse et éducation » , « Les jeunes et les mécanismes de prévention de l’extrémisme violent », « Jeunesse est intérêt pour les affaires publics » , « Jeunesse et emploi »
Les résultats du Forum et le texte de la Déclaration seront présentés lors d’un atelier régional à l’intention des décideurs et des organisations de jeunesse pour renforcer la capacité des gouvernements de la région de la CESAO pour répondre aux besoins des jeunes dans la création des politiques intégrées et durables politiques de développement « , Maison des Nations Unies, Beyrouth, 30-31 octobre 2017.


Rencontre nationale des jeunes sur « La Déclaration de la Tunisie sur la jeunesse et son rôle dans la construction de la paix nationale et globale » 07-08 octobre 2017

Déclaration de la Tunisie sur la jeunesse et son rôle dans la construction de la paix locale et globale
Sur le thème:
Jeunesse active = une société vivante et développée
le 7-8 octobre 2017 à Tunis

 

Programme de Camping des jeunes 27-31 Juillet 2017

Free Sight Association a organisé, dans le cadre de son projet tuniso-néerlandais « Tunisian Leaders for Human Security » un programme de camping pour les jeunes et les adolescents de 6 régions (Kasserine, Ben Arous, Siliana, Medenine, Tunis, Kef) au centre maghrébien de camping « Ain Soltane »- Jendouba du 27 au 31 Juillet 2017

Appel à service

Appel à Services

 

Elaboration d’une étude de diagnostic sur les extrémismes violents en Tunisie

Cet appel à services fait partie du projet :

« SALAM prévenir l’extrémisme violent en Tunisie : une approche basée sur les droits humains et la consolidation de la paix », financé par l’Instrument de la Stabilité (IdS) sous le Partenariat pour la consolidation de la paix de l’Union Européenne à travers l’appel à projets EuropeAid/154272/DD/ACT/TN

LIGNES DIRECTRICES POUR LES DEMANDEURS DE L’APPEL A SERVICES

Date limite de soumission : 18 Mai 2018

 

Avant 23:59 (heure locale de la Tunisie)

  • Contexte de l’étude

L’extrémisme violent est un affront aux valeurs de la société civile engagée dans le maintien d’une paix positive et dans la promotion d’une vraie démocratie, de la sécurité humaine, de la protection des droits humains, du développement durable, et de la justice sociale. En propageant le racisme, la xénophobie et la discrimination et en exploitant cyniquement les croyances religieuses, les différences ethniques et les idéologies politiques, « les extrémistes violents » visent à prendre le pouvoir politique en agissant contre les droits humains et les libertés fondamentales. Leurs idéologies peuvent être adoptées par des individus, des groupes, des corporations ou des Etats.

 

Du 28 au 30 janvier 2017, la Conférence de Barcelone “Vers un nouveau paradigme: prévenir l’extrémisme violent” a accueilli 322 personnes représentant 172 institutions de la société civile de 22 pays de la région euro-méditerranéenne qui ont été impliquées dans un processus participatif pour la formulation de  « La Déclaration de Barcelone : Plan d’Action de la Société Civile euro-méditerranéenne pour prévenir toutes les formes d’extrémisme violent » et le lancement d’une plateforme régionale appelée : Observatoire pour la Prévention de l’Extrémisme Violent (OPEV).

 

Le 22 février 2017 à Tunis, plus que 60 organisations de la société civile tunisiennes ont participé au séminaire « Renforcer la résilience et les discours alternatifs: vers un nouveau plan d’action tunisien pour la prévention des extrémismes violents», et ont souligné l’importance de la mise en réseau et la collecte d’actions prioritaires en Tunisie. C’est dans ce contexte que OPEV-Tunisie est né.

 

Présentation du projet SALAM

S’inscrivant dans la dynamique de l’OPEV-Tunisie, les porteurs de l’initiative « SALAM : Prévenir l’Extrémisme Violent en Tunisie » visent à contribuer à la promotion des valeurs démocratiques de la paix et de la dignité humaine en Tunisie à travers le renforcement des compétences des acteurs non-étatiques en matière de prévention de l’extrémisme violent (PEV). Ce projet est financé par l’Instrument de la Stabilité (IdS) sous le Partenariat pour la consolidation de la paix de l’Union Européenne à travers l’appel à projets EuropeAid/154272/DD/ACT/TN

 

SALAM est un projet qui s’articule sur deux niveaux :

  • un niveau local qui donne la priorité à 5 régions ( 8 Gouvernorats ), à savoir : Kasserine, Tataouine, , Médenine, Le Kef et Grand Tunis (Tunis, Ariana, Manouba et Ben Arous).
  • et un niveau national

SALAM s’articule également sur 5 principaux axes à savoir :

  1.  Le renforcement l’OPEV-Tunisie comme plateforme de dialogue et de propositions pour la SC tunisienne en matière de politiques publiques visant l’extrémisme violent (EV) ;
  2. La contribution au développement des connaissances sur les causes profondes de l’EV ;
  3. La promotion de la participation des femmes et des jeunes dans la formulation des politiques publiques en PEV, selon les principes de la recevabilité et de la bonne gouvernance ;
  4. La contribution au renforcement de la résilience des jeunes aux récits extrémistes violents ;
  5. La mise en place d’une stratégie pour la PEV dans le milieu carcéral.

Dans ce contexte ; et pour arrêter un plan d’action efficace dans le cadre des actions de l’OPEV Tunisie, on lance l’élaboration de cette étude de diagnosticsurl’extrémisme violent à : Un minimum de 5 et un maximum de 15Communes Urbaines des régions de Kasserine, Tataouine, Médenine, Le Kef et Grand Tunis (De 1 à 3 par région) et d’un à trois quartiers de Tunis capital. Le nom des Communes urbaines qui feront objet de cette étude seront communiqués à l’équipe responsable de la recherche ultérieurement.

  • Objectifs de l’étude de diagnostique

L’étude a les objectifs suivants :

– Fournir une cartographie desinstitutions et les acteurs publics et civils et les personnes clés qui s’occupent de la question de l’EV à l’échelle locale (Un minimum de 5 et un maximum de 15 CUdes régions de Kasserine, Tataouine, Médenine, Le Kef et Grand Tunis – entre 1 et 3 par région- + entre 1 et 3 quartiers de la ville de Tunis) ainsi que des initiatives déployées par ceux-ci.

– Analyser l’état des facteurs locaux qui promeuvent les extrémismes violents au niveau social dans les zones couvertes par cette (Un minimum de 5 et un maximum de 15 CUdes régions de Kasserine, Tataouine, Médenine, Le Kef et Grand Tunis – entre 1 et 3 par région- + entre 1 et 3 quartiers de la ville de Tunis)

– Analyser la présence des mouvements extrémistes violents dans les zones couvertes par cette recherche (Un minimum de 5 et un maximum de 15 CUdes régions de Kasserine, Tataouine, Médenine, Le Kef et Grand Tunis – entre 1 et 3 par région- + entre 1 et 3 quartiers de la ville de Tunis)  et leur niveau de soutiens citoyens

– Analyser l’impact local des politiques antiterroristes dans les zones couvertes par cette recherche (Un minimum de 5 et un maximum de 15 CUdes régions de Kasserine, Tataouine, Médenine, Le Kef et Grand Tunis – entre 1 et 3 par région- + entre 1 et 3 quartiers de la ville de Tunis) et leur niveau de soutiens citoyens

 

  • Description des services demandés et considérations méthodologiques :

Les concepteurs de l’étude ou le soumissionnaire doivent inclure au minimum les actions suivantes dans leur note méthodologique :

  • Révision documentaire sur l’extrémisme violent en Tunisie et les différentes initiatives et programmes déployés par les institutions publiques, la société civile et autres pour faire face à ce fléau (Prévention de l’extrémisme violent et Lutte contre le terrorisme)
  • Description accrue des zones d’intervention de cette étude (5 CU de Le Kef, Médenine, Tataouine, Kasserine et Grand Tunis plus un quartier de la CU de Tunis) avec des données statistiques actualisées sur : l’emplacement géographique, données socioéconomiques (taux d’employabilité, taux de chômage, niveau éducatif moyen, taux d’analphabétisme, conditions d’aménagement, accès aux services sociaux de base, structure économique, …) ; infrastructures publiques et privés disponibles en loisir, culture, éducation, jeunesse, transport ; etc.
  • Analyses des différents facteurs tels qu’établis dans le Plan d’action du Secrétaire Général des Nations Unis pour la prévention de l’extrémisme violent dans les zones couvertes par l’action. L’équipe de recherche devrait inclure dans leur note méthodologique des indicateurs qualitatifs et quantitatifs pour analyser les facteurs suivants :
  1. Capital social : Présence et/ou absence d’un tissu social contribuant au renforcement de la résilience de la population locale des zones couvertes par la recherche
  2. Inégalités : Existence et/ou absence des perspectives et opportunités socio-économiques ainsi que des espaces de participation citoyenne au profit des couches les plus vulnérables dans les zones couvertes par la recherche

III. Conflits gelés : Existence et/ou absence des conflits locaux sans sortie maintenus dans le temps dans les zones couvertes par la recherche

  1. Présence d’organisations et/ou groupes extrémistes violents : présence d’organisations extrémistes violents qui sont en train de capter des adeptes et niveau de soutien citoyen et mobilisation populaire dans les zones couvertes par la recherche
  2. Griefs collectifs : Existence/absence ou perception d’existence/absence des griefs visant certains collectifs et/ou croyances dans les zones couvertes par la recherche
  3. Environnement sécuritaire : Présence/absence policière et/ou militaire responsable de violations des droits humains dans les zones couvertes par la recherche

 

  • Elaboration d’une base des données des acteurs clés agissant dans la Prévention de l’Extrémisme Violent et la Lutte Contre le terrorisme dans les zones d’intervention couvertes par l’action. Cette base des données devrait incorporer un minimum de 30 personnes clés pour chaque quartier ou CU couverte par l’action. Un minimum de 15 acteurs de chaque zone couverte par le projet devraient être des institutions publiques locales qui vont participer dans la définition collective des diagnostics locaux sur la situation des extrémismes violents dans les zones couvertes par l’action
  • Elaboration d’une base des données des acteurs associatifs et mouvements sociaux présents dans les zones couvertes par l’action qui vont participer dans la définition collective des diagnostics locaux sur la situation des extrémismes violents dans les zones couvertes par l’action
  • Réalisation d’une cartographie sur les initiatives institutionnelles sociales en matière de prévention de l’extrémisme violent et la lutte contre le terrorisme dans les zones couvertes par l’action
  • Elaboration des documents d’enquêtes, et des guides des focus-groups, des entretiens semi-dirigés, … qui seront utilisés pour produire des diagnostics locaux sur la situation des extrémismes violents dans les zones couvertes par l’action
  • Réunion avec les membres de l’OPEV-Tunisie pour valider la proposition méthodologique pour réaliser des diagnostics locaux sur la situation des extrémismes violents dans les zones couvertes par l’action
  • Finalisation de l’analyse sur la situation des facteurs (I. capital social, II. Niveau d’inégalités, III. Éventuelles violations des droits humains, IV. Conflits gelés, V. Présence d’organisations et/ou groupes extrémistes violents, VI. Griefs collectifs, VII. Environnement sécuritaire) des extrémismes violents dans les zones couvertes par l’action. Cette analyse devra être complétée en se basant sur les conclusions des différentes méthodologies utilisées (documents d’enquêtes, et des guides des focus-groups, des entretiens semi-dirigés, …) pour connaître la situation des extrémismes violents dans les zones couvertes par l’action. Un minimum de 100 personnes et/ou acteurs associatifs et publics par zone d’intervention devraient participer dans cette phase.
  • Liste des idées principales sur les forces, menaces, faiblesses et opportunités sur la situation des extrémismes violents dans les zones couvertes par l’action qui seront débattues dans des ateliers participatifs dans chaque commune urbaine et/ou quartier couvert par l’action
  • Soutien à l’OPEV- Tunisie dans l’organisation de trois ateliers (1. jeunes, 2. femmes et 3, acteurs associatifs et publics locaux) par CU et/ou quartier couvert par l’action (18 en total) pour la formulation d’un diagnostic participatif
  • Rédaction d’un diagnostic participatif pour chacune des zones couvertes par l’action sur la vision des jeunes, des femmes et des acteurs associatifs et publics locaux par rapport à l’extrémisme violent
  • Finalisation des sixétudes diagnostiques localeset formulation d’une analyse SWOT globale sur la situation de l’extrémisme violent dans les régions ciblées basé sur les principales conclusions des diagnostics participatifs locaux
  • Soutien à l’OPEV- Tunisie dans l’organisation d’un atelier participatif dirigé aux principales organisations agissant dans la défense des droits des femmes dans le pays avec le but de vérifier que l’approche genre a été transversalisée dans l’analyses SWOT global
  • Présentation du résultat global à l’OPEV-Tunisie et validation

 

  • Livrables

 

– Description accrue des zones couvertes par l’action sur le plan économique, social, géographique, et infrastructures disponibles. La description des zones d’intervention devrait être détaillée dans un minimum de 10 pages pour chaque zone d’intervention.

– Compilation des études déjà existantes sur l’extrémisme violent en Tunisie

– Base des données des acteurs clés agissant dans la Prévention de l’Extrémisme Violent et la Lutte Contre le Terrorisme dans les zones d’intervention couvertes par l’action

– Base des données des acteurs associatifs et mouvements sociaux présents dans les zones couvertes

– Cartographie sur les initiatives institutionnelles sociales en matière de prévention de l’extrémisme violent et la lutte contre le terrorisme dans les zones couvertes par l’action. Minimum 5 pages par chaque zone d’intervention

– Documents d’enquêtes, et des guides des focus-groups, des entretiens semi-dirigés

– Analyses sur les différents facteurs (I. capital social, II. Niveau d’inégalités, III. Éventuelles violations des droits humains, IV. Conflits gelés, V. Présence d’organisations et/ou groupes extrémistes violents, VI. Griefs collectifs, VII. Environnement sécuritaire) qui promeuvent les extrémismes violents dans les zones couvertes par l’action. L’état des indicateurs dans les zones couvertes par l’action devrait être détaillé dans un minimum de 30 pages (10 quantitatives, 20 qualitatives) par chaque zone d’intervention. Il doit contenir les données compilés à travers la revue documentaire ainsi qu’à travers des sources d’information primaires (focus-groups, enquêtes, entretiens semi-dirigés, …)

 

– Liste des idées principales sur les forces, menaces, faiblesses et opportunités sur la situation des extrémismes violents dans les zones couvertes par l’action. Minimum 2 pages par chaque zone d’intervention

– Trois analyses SWOT participatifs pour chaque zone couverte par l’action sur la vision des jeunes, des femmes et des acteurs associatifs et publics locaux par rapport à l’extrémisme violent. Minimum 3 pages par chaque zone d’intervention

– Analyse SWOT globale sur la situation de l’extrémisme violent en Tunisie. Minimum 1 page

Tous les livrables devront être soumis en langue arabe et française.

  • Durée de la mission

La durée prévisible pour l’élaboration de cette étude est estimée à 5 mois. Le service doit être implémenté entre les mois de juin et octobre de 2018. Le groupe d’experts ou le soumissionnaire doivent prévoir dans leur offre économique un budget spécifique dédiée à la traduction.

 

  • Compétences requises

Nous saluons des offres des consultants indépendants, des organisations de la société civile, des professionnels juridiques, cabinets d’avocats, des opérateurs du secteur public et des universités.

 

Le groupe d’experts ou le soumissionnaire doivent présenter au minimum les compétences suivantes :

– Détenteur d’un diplôme de troisième cycle ou équivalent en sociologie et/ou dans le camp des science sociales ou humaines. C’est souhaitable que le chef de l’équipe d’expertssoit Spécialisé en Développement et action social et économique vu que les analyses des causes de EV sont complexes et pluridisciplinaires.

– Avoir une expérience de 05ans au minimum dans la recherche et l’analyses statistique

– Avoir une expérience éprouvée dans la thématique de l’extrémisme violent

– Très bonne capacité d’analyse et de rédaction

– Bonne compréhension et grande sensibilité à la question du genre

– Très bonne maîtrise de l’arabe et du français et des outils informatiques

– Avoir des capacités et de l’expérience éprouvée dans la collaboration et concertation avec les organisations de la société civile

– Bonne connaissance de l’environnement juridique, politique, institutionnel, et social de la Tunisie 

  • Comment postuler et suite

Les candidats doivent fournir les documents suivants pour être éligibles pour l’appel à service :

  • CV du groupe d’experts ou de l’expert responsable de l’implémentation des actions.
  • Information de contact.
  • Offre méthodologique détaillé et spécifique pour l’implémentation des actions, y compris les objectifs, le calendrier proposé, les intervenants, les actions à réaliser, la description des indicateurs de mesure facteurs (I. capital social, II. Niveau inégalités, III. Éventuelles violations des droits humains, IV. Conflits gelés, V. Présence d’organisations et/ou groupes extrémistes violents, VI. Griefs collectifs, VII. Environnement sécuritaire) qui promeuvent les extrémismes violents dans les zones couvertes par l’action, les bénéficiaires, …
  • Offre financière détaillée
  • Un minimum de 5 références des projets/recherches d’antérieurs travails
  • La copie d’au moins un rapport de consultance illustrant un travail réalisé dans un contexte en lien avec la présente offre de consultance

 

Les critères qui seront tenues en compte lors du choix de l’offre méthodologique gagnante sont les suivants :

– Prix (25%)

– Qualité des indicateurs proposés dans l’offre méthodologique pour mesurer les facteurs qui promeuvent les extrémismes violents dans les zones couvertes par l’action (25%)

– Méthodologie proposée pour la réalisation de l’étude-diagnostic (25%)

– Expérience de l’équipe responsable de la recherche proposée (25%)

 

Nous encourageons les candidats à soumettre l’ensemble des documents à fournir en français.

La date limite de soumission des offres est le 18 Mai 2018 avant 23:59, heure local de la Tunisie. Veuillez soumettre le dossier de demande à freesight2011@gmail.com.

 

Veuillez écrire la référence suivante dans le sujet de l’email :

 SALAM : étude PEV

 

Si vous avez des questions à propos de ces lignes directrices, prière de contacter freesight2011@gmail.com.. L’E-mail sera le seul canal de communication avec les candidats.

 

 

Remarque importante :

Cette offre concerne les bureaux d’étude spécialisés en la matière, les experts, ou groupes d’experts spécialisés conformément aux conditions dictées dans le point 6 de ce TDR .

Conférence de Presse: Lancement du projet « SALAM »

  A l’occasion du lancement du SALAM « Prévenir l’extrémisme Violent en Tunisie », et dans le cadre de la dynamique OPEV-Tunisie, une conférence de presse s’est tenue mercredi 14 Février 2018 au siège de l’UGTT (Union Générale Tunisienne du Travaille).

Lors de cette conférence de presse, des représentants des organisations partenaires ont présenté SALAM et ses objectifs, ou chaque organisations a donné sa position dans ce projet et ce qu’ils vont mettre en oeuvre pour toute la période de travail.

La conférence a été ouverte par le secrétaire général de l’Union Tunisienne du Travail mr. Noureddine Tabboubi, les secrétaires généraux adjoints, mr. Samir Cheffi, et Mme Naima Hammami.

Après le discours de bienvenue, NOVACT a parlé de SALAM et des organisations qui y travaillent.

De Free Sight Association, la présidente mme Arbia Jebali, a parlé du travail de l’association en ce qui concerne la PVE et son approche. En outre, les représentants de LTDH, ATFD, GVC ont fait de meme.